Portrait | Anaïs Normant,
2e flûte et piccolo solo

Le 14 décembre 2015, ce sont quelques 77 flûtistes qui se sont présentés au concours de deuxième flûte et piccolo solo, et c’est Anaïs Normant qui occupe ce poste depuis le 14 janvier dernier. On a pensé qu’il était temps de vous la présenter !

Originaire de Saint Brieuc, Anaïs est diplômée de la Haute Ecole de Musique de Lausanne en flûte et pédagogie, et du CNSM de Paris en piccolo. Après une saison au Royal Liverpool Philharmonic Orchestra ainsi qu’au Welsh National Opera, et plusieurs remplacements à l’Orchestre de Cannes (!) et à l’Orchestre de Chambre de Lausanne, elle pose ses valises à Cannes.

Un souvenir de votre concours d’entrée ?
C’est le matin, il est 8h, j’entre dans la salle de chauffe et je découvre tous les autres candidats. On se serait cru dans La volière ! (référence au Carnaval des animaux de Saint-Saëns, ndlr)  On se salue, je mets mes bouchons dans les oreilles et c’est parti pour la journée !

Votre premier souvenir de concert ?
Un petit concert improvisé en famille et entre amis un soir d’été en plein air. On était déguisé, on avait trouvé des déguisements dans une malle. Je pense que j’avais 7 ou 8 ans. On chantait, on jouait de plusieurs instruments. C’était la magie d’un soir d’été.

Le mot qui définit le mieux votre instrument ?
Pour le piccolo, c’est la vivacité !

Une œuvre préférée pour votre instrument ?
Difficile de n’en retenir qu’une…. J’aime beaucoup la Partita pour flûte seule de Jean-Sébastien Bach. Mais je suis surtout curieuse de découvrir de nouvelles pièces… Le répertoire baroque renferme des perles, peu jouées, les Suites d’Antoine Dornel par exemple. Et puis des pièces très amusantes comme Zoom Tube de Ian Clarke.

Avec qui voudriez-vous prendre l’apéro ?
L’apéro, ça s’improvise dans l’instant. Là, c’est plutôt l’heure du thé ! (il est 17h lorsque nous réalisons cette interview, ndlr.)

La musique qui vous fait du bien ?
Le mouvement lent du Concerto en sol de Ravel. (Que l’Orchestre a donné le 24 janvier, ndlr)

Un plaisir musical coupable ?
Pour moi il n’y a aucun honte : j’adore Jacques Brel et la chanson française en général.

Un mot pour notre public ?
Venez nombreux et sans hésiter ! Parlez de l’Orchestre et n’ayez aucun a priori, quel que soit le programme !