Benjamin Narvey

Luthiste et musicologue, Benjamin Narvey est né à Montréal. Après ses années de conservatoire supérieur au Canada, il est élève de David Miller au Guildhall School of Music & Drama de Londres, et perfectionne sa pratique de l’interprétation baroque avec Paul O’Dette, Nigel North et Hopkinson Smith.
Désormais établi à Paris, il travaille comme continuiste sous la houlette de divers chefs d’orchestre comme Ton Koopman, Paul Agnew, Sir Roger Norrington ou Kenneth Weiss. Il fait partie des deux ensembles baroques de Sir John Eliot Gardiner, les Monteverdi Choir & Orchestra et les English Baroque Soloists. Benjamin se produit également avec de nombreux ensembles français : Akadêmia (dir. Françoise Lasserre), Ensemble Amarillis (dir. Héloïse Gaillard & Violaine Cochard), Les Ambassadeurs (dir. Alexis Kossenko), La Chapelle Rhénane (dir. Benoît Haller), Fuoco e Cenere (dir. Jay Bernfeld), Les Musiciens de Saint-Julien (dir. François Lazarevitch), Les Paladins (dir. Jérôme Correas), l’Ensemble le Palais Royal (dir. Jean-Philippe Sarcos), et il fait partie du jeune groupe l’Ensemble Il Caravaggio.
Benjamin se produit dans le cadre de nombreuses salles de concert (Opéra de Paris, the Théâtre des Champs-Elysées, the Opéra Royal de Versailles, the Royal Albert Hall, Carnegie Hall and the Kennedy Center) ou festivals internationaux (BBC Proms, the Leipzig Bachfest, the London Handel Festival, the Aldeburgh Festival, the Brighton Early Music Festival, the Festival de Musica Antigua Ubeda y Baeza and the Vancouver Early Music Festival). Il participe également régulièrement à des spectacles de théâtre, en particulier avec le Shakespeare’s Globe Theatre, et à des productions de films pour France 3 ou ARTE. Il est en outre sollicité en tant qu’artiste invité dans l’émission « The Early Music Show » (BBC Radio 3).
Son premier disque solo, « Psyché : Weiss and the French School » (Gamut Recordings, USA) sortira au Boston Early Music Festival en juin 2017.

Benjamin consacre également à la musique baroque française des travaux universitaires. Il a remporté en 2008 le premier prix décerné par le magazine Goldberg pour récompenser les meilleurs essais musicaux. Sa thèse de doctorat, The French Lute during the Reign of Louis le Grand (Université d’Oxford, 2010), qui constitue la première histoire culturelle du luth français pendant le Grand Siècle, paraîtra en 2017 aux éditions de l’American Lute Society. Après deux post-doc à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (2008-2009) et à l’Institute of Musical Research, University of London (2010-2011), il poursuit à présent ses recherches de manière indépendante, parallèlement à son activité de musicien.