Lorenzo Gatto

Lorenzo Gatto est né à Bruxelles en décembre 1986. Il commence à jouer du violon à l’âge de cinq ans avec Dirk van de Moortel. À onze ans, il entre au Conservatoire royal de musique de Bruxelles dans la classe de Véronique Bogaerts, où il obtient son diplôme à dix-sept ans seulement avec la plus haute distinction.

Il étudie ensuite avec Herman Krebbers aux Pays-Bas, Augustin Dumay à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth en Belgique et il termine son parcours académique en étudiant quatre ans avec Boris Kuschnir à Vienne. Son travail et sa détermination sont brillamment récompensés puisqu’il remporte à la fois le deuxième prix et le prix du public au Concours Reine Elisabeth en 2009.

Je veux avant tout paraître honnête. Il y a de la fragilité dans mon ton, c’est le reflet de ce que je suis en tant que personne. C’est ce que la musique est pour moi : une expression de la fragilité humaine ».

Sa nomination en tant que « Rising Star » en 2010 a permis à Lorenzo de faire ses débuts en récital sur les principales scènes européennes, notamment au Concertgebouw d’Amsterdam, au Musikverein de Vienne, à la Cité de la Musique à Paris et bien d’autres. Il élargit encore les possibilités de collaboration avec des orchestres et des chefs tels que Philippe Herreweghe, Vladimir Spivakov, Walter Weller, Jan Willem de Vriend, Jaap van Zweden, Martin Sieghart, Angrey Boreyko et Yannick Nézet-Séguin.

En musique de chambre, Lorenzo a partagé la scène avec, entre autres, Maria João Pires, Mischa Maisky, Martha Argerich, Menahem Pressler, Jean-Claude Vanden Eynden, Frank Braley et Gérard Caussé.

En 2015, Lorenzo a commencé à collaborer avec le talentueux pianiste belge Julien Libeer. Ensemble, ils ont enregistré l’intégralité des sonates de Beethoven et ont sorti un disque récompensé par un Diapason d’Or de l’année.

Lorenzo Gatto joue le Stradivarius ‘Joachim’ de 1698.

Pendant son temps libre, Lorenzo s’adonne à une passion de longue date pour tout ce qui vole. Levez les yeux et voyez si vous pouvez l’apercevoir dans le ciel, arrivant à un concert aux commandes d’un petit avion ou même d’un parapente.