Marion LÉVY

Mes quinze années passées au contact d’Anne Teresa de Keersmaeker et de sa compagnie Rosas, m’ont permis d’explorer mon corps, de l’éprouver puis de l’appréhender avec une rigueur musicale et une précision gestuelle exigeante. Dans un travail musical et lyrique permanent, j’ai appris à faire de mon corps un outil d’expression unique.

Suite à mon initiative de mener mes propres projets au sein de ma compagnie, je me suis depuis appropriée ce langage en le digérant et le confrontant à mon expression chorégraphique intime, plus instinctive et personnelle.

Ma danse est généreuse et dynamique. En rupture permanente, elle est traversée par une énergie vivante et communicative. Mon écriture est très précise mais elle autorise aussi une lecture plus personnelle de la part des interprètes. Je pense que le geste doit vivre et exister comme un mot. Si dans une phrase, chaque mot est choisi précisément puis associé avec d’autres pour créer du sens, dans mes chorégraphies, les mouvements racontent des histoires à la place des mots. On les crie, on les pense, on les chuchote, on les vit. Le mouvement est articulé, conjugué et soumis à une syntaxe. Il est ludique ou introspectif, ferme ou souple, délicat ou violent. Il n’est jamais neutre.

Pour mes projets, je choisis souvent des interprètes à l’identité forte et singulière. Des personnalités autonomes que je vais magnifier en les dirigeant. Je cherche à habiller, à colorer et à augmenter ces corps avec justesse et précision.

Mes créations sont d’envergures et de tonalités différentes. Du solo aux pièces de groupe, de la forme jeune public, ludique au spectacle tout public, poétique et social, mes pièces parlent d’émancipation, de liberté et de passion. J’essaie de comprendre ce qu’est grandir, s’émanciper, se battre et devenir. Telle une archéologue, je fouille et j’explore à la recherche d’explications et de sens.

Ayant une forte envie de dialoguer, je confronte régulièrement mon écriture à d’autres langages. Ecrire le geste en relation à l’écriture des mots et des textes a toujours été une évidence pour moi. Tous mes projets personnels ont été l’aboutissement d’une collaboration avec des auteurs, compositeurs, réalisateurs ou plasticiens.

Avec un appétit d’ouverture et de curiosité insatiable, je tente de nourrir mes projets de rencontres multiples. Et c’est finalement en 2009, avec la création du spectacle En Somme ! au Théâtre National de Chaillot que pour la première fois, j’ai eu le sentiment de répondre à mes attentes en faisant collaborer des danseurs et des comédiens, un auteur et un médecin, de la musique et des images, soit autant d’ingrédients au service d’un mouvement augmenté.