Renato Zanella

Renato Zanella est originaire de Vérone, où il a reçu sa première formation de ballet, avant de se rendre au Centre de Danse International de Rosella Hightower à Cannes, où il a terminé ses études.

En 1982, il rejoint le Ballet de Bâle, alors dirigé par Heinz Spoerli, avant l’engagement à Stuttgart, qui suit en 1985.
Après une série de créations pour la compagnie (Die andere Seite, Triptychon, Stati d’animo, Empty Place, Black Angels, Man im Schatten et Mata Hari), Marcia Haydée le nomme chorégraphe en résidence en 1993.

C’est le début d’une carrière internationale florissante, qui débouche sur d’autres commandes pour de nombreuses compagnies de renom dans le monde entier : Les Ballet de Monte-Carlo, le Ballet royal de Suède, le Ballet de l’Opéra d’État de Vienne, le Ballet de Berlin, le Ballet national de Hongrie, le Ballet national de Croatie, le Teatro dell’Opera di Roma, le Teatro del San Carlo di Napoli, le Ballet de San Francisco, etc.

En 1995, il est devenu directeur du ballet et chorégraphe en chef de l’Opéra d’État de Vienne, où il est resté jusqu’en 2005. Au cours de ces dix années, il a présenté au public une quarantaine de ses chorégraphies originales, allant de courtes pièces à des programmes complets de soirée (Wolfgang Amadée, Casse-Noisette, Cendrillon de Strauss, Spartacus) et à des œuvres en un acte (Alles Walzer, Sacre du printemps, Boléro, Beethoven Opus 73, Renard et Petrouchka).

Au cours de ces dix années, Zanella a transformé la Compagnie du Ballet de Vienne en un ensemble autonome capable de confier à ses danseurs les rôles les plus exigeants et de relever les défis des plus grands chorégraphes de l’époque.

Ils ont ainsi présenté les œuvres de grands chorégraphes tels que Kylian, Van Manen, Forsythe et Neumeier, ainsi que des créations de G. Balanchine, Sir Kenneth McMillan, Peter Right et Sir Frederick Ashton. Le public viennois a également eu droit à un répertoire un peu plus traditionnel, composé de chorégraphies de Petipa et de Noureev. Les amateurs de ballet ont particulièrement apprécié la capacité de Zanella à équilibrer les grands chefs-d’œuvre classiques avec ses créations originales et le répertoire néo-classique.

Il a également offert aux jeunes chorégraphes de son corps de ballet une chance de s’exprimer à travers leur travail et a accordé une attention particulière à la formation de la prochaine génération de danseurs de ballet à l’école de ballet de l’Opéra d’État, qu’il a dirigée de 2001 à 2005. C’est à ce moment-là qu’il a lancé, à côté de l’enseignement régulier du ballet, un programme intensif et inclusif qu’il cultive jusqu’à ce jour, au niveau national et international.

De septembre 2011 à décembre 2015, il a été directeur du ballet à l’Opéra national de Grèce, de 2013 à 2015, à l’Arena di Verona et de septembre 2016 à janvier 2018, au Ballet national de Bucarest.

Depuis février 2018, il dirige le département de chorégraphie de l’école de musique de la ville de St. Pölten en Basse-Autriche après l’invitation du City Major à mettre en place un programme d’éducation spécifique pour les danseurs. Le Choreo Center Europe est une plateforme éducative internationale pour les jeunes chorégraphes, qui fonctionne en collaboration avec l’Europa Ballett et l’Académie de musique et d’art.

En 2021, le directeur général Staš Ravter l’a nommé nouveau directeur artistique du Ballet national de Slovénie avec un contrat de cinq ans.

En 2009, Zanella s’est lancé dans un nouveau domaine artistique en mettant en scène des opéras. Son premier projet, Cosi fan tutte, présenté au festival Attersee Klassik, a été très bien accueilli par le public et la critique. En 2010, il a supervisé les productions de Carmen et de La traviata au Festival international de la mer Égée en Grèce, de Faust et des Vêpres siciliennes à l’Opéra national de Grèce, et de La veuve mariée, Cavalleria Rusticana et La chauve-souris qui ont suivi à Mannheim, Vérone et Tirana, respectivement.

En 1995, le magazine de danse italien Danza&Danza lui a décerné le titre de meilleur chorégraphe italien à l’étranger. En 2000, il reçoit le prix international Gino Tani de l’artiste de l’année à Rome. En 2001, il a reçu le prix Jakob Prandtauer à St. Pölten. La même année, ainsi qu’en 2007, le magazine Danza&Danza reconnaît son travail à l’Opéra d’État de Vienne en lui décernant la distinction de meilleur directeur artistique.

En 2001, la République d’Autriche l’a honoré de la Croix d’honneur des sciences et des arts. En 2010, le président de la République autrichienne lui a décerné le titre de professeur pour sa carrière et ses activités sociales en Autriche et à l’étranger.

Renato Zanella se définit lui-même et son travail comme le résultat de la curiosité et de l’addiction à vivre de nouvelles expériences et à rencontrer de nouvelles personnalités et de nouveaux talents, dont il s’inspire sans cesse pour son travail.

 

(mise à jour en juillet 2021)