FALSTAFF

Falstaff en coq de basse-cour vaniteux et ridicule ? Pour mettre en scène le dernier opéra de Verdi, Jean-Louis Grinda a eu l’audace de prendre cette évidence au pied de lettre pour la plus grande joie du public.

Sans en avoir les moyens, Sir John Falstaff mène une vie de grand seigneur à l’auberge de la Jarretière. Mais l’addition s’allonge et, pour payer ses dettes, le chevalier croit habile de séduire deux riches bourgeoises. Il leur adresse une lettre d’amour aussi ridicule qu’enflammée mais ses victimes potentielles ne tardent pas à découvrir la supercherie et décident de se venger. C’est l’arroseur arrosé : Falstaff se ridiculise en tombant dans tous les pièges que lui tendent ces femmes bien plus rusées que lui et qui, de plus, s’arrangeront pour faciliter l’union de deux jeunes amoureux qu’un père tyrannique cherche à séparer.

PROGRAMME

GIUSEPPE VERDI
Falstaff

Commedia lirica en trois actes
Giuseppe Verdi musique
Arrigo Boito livret
d’après Les Joyeuses Commères de Windsor et Henry IV de William Shakespeare

Production Opéra de Monte Carlo
Coproduction Opéra-Théâtre de Metz

Spectacle organisé dans le cadre du Festival les Nuits d’Antibes avec le soutien du Casino JOA La Siesta